JBS, une multinationale d’origine brésilienne, a participé au panel « Why Lands Matter » au Forum économique mondial de Davos, en Suisse, où son PDG mondial, Gilberto Tomazoni, a fait valoir que la façon de réduire les émissions de gaz à effet de serre est d’offrir un soutien technique et financier aux producteurs ruraux, en particulier aux petits producteurs.

« Nous devons nous concentrer sur le soutien aux agriculteurs, avec le partage des connaissances et l’accès au crédit pour faire la transition vers une production plus durable », a déclaré Tomazoni.

« De cette façon, ils seront en mesure de produire plus, d’être plus efficaces, tout en appliquant la technologie existante. »

Le panel, qui a également accueilli les conférenciers Jennifer Morris, PDG de The Nature Conservancy, Stefaan Decraene, président exécutif du groupe Rabobank, Maria Susana Muhamad, ministre de l’Environnement et du Développement durable de la Colombie, et Jack Hurd, directeur exécutif de la Tropical Forest Alliance.

Expliquant son point de vue, Tomazoni a déclaré qu’il existe au Brésil des solutions pour promouvoir une agriculture et une production animale plus efficaces et durables, telles que la récupération des pâturages dégradés.

« Dans une seule zone, vous pouvez multiplier par 10 la production alimentaire tout en capturant plus de carbone de l’atmosphère. Imaginez comment cela pourrait bénéficier au revenu d’un producteur », a expliqué Tomazoni.

Cependant, selon la vision du PDG, outre la présentation de ces méthodes de production aux agriculteurs, il est « nécessaire » d’offrir des crédits financiers afin qu’ils puissent les mettre en pratique.

« Aujourd’hui, moins de 2 % des fonds consacrés à la lutte contre le changement climatique vont à ce secteur de la population. Il est urgent de changer cela ».

En outre, Tomazoni a souligné pourquoi il pensait qu’il était important de segmenter les producteurs afin d’offrir un soutien et des services en fonction de leurs besoins.

Réduire la déforestation brésilienne

Dans le cadre de la solution pour une meilleure utilisation des terres, Tomazoni a présenté l’exemple du Fonds JBS pour l’Amazonie, qui se concentre sur la fourniture d’un soutien technique et financier aux projets locaux qui cherchent le développement durable de l’Amazonie. Le PDG mondial a déclaré qu’il est « nécessaire de créer un réseau de solidarité car il est impératif que l’inclusion sociale et les pratiques durables aillent de pair ».

À l’avenir, Tomazoni a suggéré que le gouvernement, les secteurs financier et de production, ainsi que le troisième secteur doivent s’unir pour construire une solution climatique et s’assurer que les ressources parviennent aux petits producteurs sans négliger la sécurité alimentaire de la population mondiale croissante en aucune circonstance.

« Si nous travaillons collectivement pour soutenir les agriculteurs, nous pouvons produire plus, réduire les émissions et protéger nos ressources naturelles », a déclaré Tomazoni.

LAISSER UNE RÉPONSE

Vous avez entré une adresse e-mail incorrecte!
Veuillez entrer votre nom ici