Une nouvelle interdiction d’exporter des animaux vivants est entrée en vigueur au Royaume-Uni, alors que la loi sur le bien-être animal (exportations de bétail) a reçu la sanction royale, capitalisant sur les libertés post-Brexit et renforçant la position du Royaume-Uni en tant que leader mondial en matière de normes de bien-être animal.

La législation respecte un engagement clé du manifeste visant à interdire l’exportation d’animaux vivants – y compris les bovins, les moutons et les porcs – pour l’abattage et l’engraissement depuis la Grande-Bretagne. Cela empêchera les animaux d’endurer le stress, l’épuisement et les blessures lors de longs et inutiles voyages d’exportation.

La loi garantira que les animaux sont abattus dans le pays dans des abattoirs britanniques à haut niveau de bien-être, renforçant ainsi la position du pays en tant que pays amoureux des animaux et leader mondial en matière de bien-être animal, augmentant la valeur de la viande britannique et contribuant à la croissance de l’économie.

Steve Barclay, secrétaire britannique à l’Environnement, a déclaré : « Nous sommes fiers d’avoir certaines des normes de bien-être animal les plus élevées au monde.

« Notre nouvelle loi utilise les libertés post-Brexit pour respecter l’un de nos engagements et renforcer encore plus ces normes en empêchant l’exportation d’animaux vivants pour l’abattage et l’engraissement, ce qui, nous le savons, cause aux animaux un stress et des blessures inutiles. »

Chris Sherwood, directeur général de la RSPCA, a déclaré : « Après plus de 50 ans de campagne, nous sommes absolument ravis de voir que l’exportation d’animaux vivants a été interdite en Grande-Bretagne. Cela signifie que les animaux britanniques ne seront plus envoyés dans des voyages exténuants à l’étranger pour un engraissement et un abattage supplémentaires dans des conditions exiguës et médiocres avec peu ou pas d’accès à la nourriture ou à l’eau.

« En tant que l’un des premiers pays au monde à abolir cette pratique, cette étape vitale pour le bien-être animal envoie un message important à l’échelle mondiale, et nous espérons que d’autres pays suivront bientôt.

« Alors que nous célébrons notre 200e anniversaire en tant qu’organisation caritative et que nous nous tournons vers l’avenir du bien-être animal, il est formidable de voir que cette pratique dépassée est enfin reléguée au passé. Cette interdiction marque un grand pas en avant pour le bien-être animal et montre une fois de plus que nous sommes une nation d’amoureux des animaux – qui se soucient de toutes sortes. Nous tenons à remercier tous nos partisans, tous ceux qui ont fait campagne sur cette question et le gouvernement britannique pour avoir fait de ce moment marquant pour les animaux une réalité. »

En tant que pays du G7 le mieux classé selon l’Indice mondial de protection des animaux, le gouvernement s’engage à respecter des normes élevées en matière de bien-être animal et à veiller à ce que tous les animaux soient bien traités à toutes les étapes de leur vie. Il est clair que les animaux ne doivent être transportés qu’en cas de nécessité et, si possible, ne doivent pas parcourir de longues distances pour être abattus.

Les exportations d’animaux vivants dans d’autres circonstances spécifiques, par exemple pour l’élevage et les compétitions, seront toujours autorisées, à condition que les animaux soient transportés conformément aux exigences légales qui protègent leur bien-être. La législation fait suite à une consultation sur la fin des exportations d’animaux vivants, au cours de laquelle 87 % des personnes interrogées ont convenu que le bétail ne devrait pas être exporté pour l’abattage et l’engraissement.

Ce projet de loi fait également suite à un engagement du manifeste et à un engagement du Plan d’action pour le bien-être des animaux d’interdire l’exportation d’animaux vivants destinés à l’abattage et à l’engraissement. Des règlements d’habilitation seront adoptés dès que possible pour faire entrer l’interdiction en vigueur.

La loi n’est qu’une partie d’un effort plus large du gouvernement visant à améliorer les normes de pointe existantes du Royaume-Uni. Pour les animaux d’élevage, le gouvernement a introduit de nouveaux codes de bien-être légaux pour les porcs, les poules pondeuses et les poulets de chair, interdit l’utilisation de cages en batterie conventionnelles pour les poules pondeuses et rendu la vidéosurveillance obligatoire dans les abattoirs.

Depuis la publication du Plan d’action pour le bien-être animal en 2021, le gouvernement britannique a adopté de nouvelles lois pour reconnaître la sensibilité animale ; introduit des peines plus sévères pour les infractions de cruauté envers les animaux ; a annoncé une extension de l’interdiction de l’ivoire à d’autres espèces productrices d’ivoire ; a soutenu une législation visant à interdire les pièges à colle et l’importation d’ailerons de requin détachés ; et introduit des mesures pour interdire la publicité et la vente d’activités à faible bien-être à l’étranger.

Le gouvernement a également respecté son engagement de mettre en œuvre les mesures du projet de loi sur les animaux gardés individuellement, toutes les mesures nécessitant une législation étant de retour devant le Parlement et les restrictions sur les animaux de compagnie en tant que primates déjà en vigueur.

LAISSER UNE RÉPONSE

Vous avez entré une adresse e-mail incorrecte!
Veuillez entrer votre nom ici